IMG_4222_edited.jpg

Ineffable

Huile sur planche de bois, incisions au cutteur, 29*40cm

Pression, émanation, je choisis cette dimension qui s’exprime entre les lignes. La vibration du son irrigue mes veines, tandis que mes doigts se crispent et se courbent. Et plus j’appuie sur la touche pour faire résonner la note, plus la musique m’emmène sous les couches épidermes que j’essaye de fuir. .
Impropre au discours, cette communication immédiate et impalpable se dissout dans le temps et l’espace. Est-ce que les notes de l’harmonies mundi (Kepler) sont un langage chiffré, le hiéroglyphe d’un mystère, ou bien le bémol d’une réalité sous-jacente ?
Par ailleurs, des arrières pensés et intentions codées se dégagent sous forme de signes. Les compensations de cet art informel sont un refuge pour la solitude et ses songeries crépusculaires. La pensée fluide provoque une puissance d’envoutement progressive, où l’itinéraire musical nous enfonce derrière les compositions cantiques.

Gallery